Qu’est-ce que la gestion des accès à privilèges (PAM) ?

Sécurité des données

illustration d’un cadenas et d’une empreinte digitale

La gestion des accès à privilèges, ou PAM (Privileged Access Management), est l’un des processus et systèmes préventifs les plus efficaces dont disposent les organisations qui souhaitent réduire le risque que représentent pour elles leurs employés, partenaires, fournisseurs, systèmes et tiers.

Dans cet article, nous présentons le PAM, nous vous montrons quand, pourquoi et comment votre cybersécurité devrait envisager son adoption, et nous examinons les éléments clés à prendre en compte lorsque vous songez à implémenter le PAM au sein de votre organisation.

Qu’est-ce que la gestion des accès à privilèges (PAM) ?

La gestion des accès à privilèges, ou PAM, définit lesquels de vos employés, partenaires, fournisseurs et même applications ont accès à vos comptes et données spécifiques, ce qui vous assure contrôle et flexibilité.

L’implémentation du PAM s’effectue en associant des logiciels, des processus définis et une mise en application qui limitent l’accès à vos données et à vos ressources les plus critiques aux seules personnes et applications disposant d’un accès privilégié. C’est également un moyen de suivre les utilisateurs dotés d’un accès de haut niveau et de s’assurer que vos actifs et vos données sont en sécurité.

Lorsque vous développez un système de PAM au sein de votre organisation, vous devriez aussi décider de la stratégie, en veillant non seulement à spécifier quels types de données et d’actifs ont besoin du PAM, mais également à définir le processus qui octroie aux employés et aux services de votre organisation différents types de comptes d’accès à privilèges.

Comment le PAM contribue à sécuriser une organisation

La mise en œuvre d’un système de PAM dans votre organisation est l’un des meilleurs moyens de réduire le risque qu’un incident interne ou dû à des tiers affecte votre organisation, en empêchant les parties malveillantes d’accéder à vos données les plus sensibles via un compte connecté en interne. Le PAM permet de sécuriser votre organisation de plusieurs manières, comme indiqué ci-dessous.

Les données critiques sont uniquement accessibles à ceux qui en ont besoin

Sans le PAM, vos actifs et vos données critiques peuvent être accessibles à n’importe lesquels de vos employés ou de vos tiers, qui ne sont pas nécessairement aussi conscients des risques liés à ces informations sensibles. En mettant en place le bon système de PAM, vous réduisez considérablement le nombre de points d’accès à vos actifs importants.

Les parties malveillantes sont tenues à l’écart

Par définition, tout système de PAM nécessite une forme d’approbation avant d’autoriser une partie à accéder à un actif ou à un compte spécifique. Selon la sensibilité du compte, il peut s’agir d’une approbation manuelle ou automatique. Cela signifie qu’une autre ligne de défense empêche un hacker ou des groupes de hackers d’accéder à vos données (ou d’exploiter vos employés aux mêmes fins).

Toute activité suspecte est surveillée

Un système de PAM devrait recueillir des informations sur les parties qui accèdent à vos données ou à vos actifs, et sur le type de compte utilisé. Si votre organisation est néanmoins victime d’une quelconque forme d’exposition, de perte ou de fuite de données, vous devriez être en mesure d’exploiter votre système de PAM pour identifier les responsables et comprendre comment cela s’est produit.

Vous pouvez respecter les réglementations et les normes de conformité

Comme les systèmes de PAM vous permettent de mettre en place une authentification à plusieurs facteurs (ou en deux étapes), de créer des pistes d’audit et de limiter/restreindre l’accès, non seulement vous vous conformez à des réglementations spécifiques, mais vous disposez également d’un enregistrement de l’activité que vous pouvez présenter en cas d’audit.

Les identifiants volés ne peuvent pas être utilisés contre vous

Un système de PAM est une couche de sécurité supplémentaire et un point d’accès distinct de la forme d’accès classique par nom d’utilisateur/mot de passe qui est utilisée sans système de PAM. Autrement dit, les hackers ne peuvent pas utiliser les identifiants qu’ils pourraient avoir obtenus sur le dark web, par phishing ou en exploitant des valeurs par défaut codées en dur, pour atteindre vos actifs les plus sensibles.

L’accès aux données et aux systèmes est centralisé

Nombre de services chargés de la sécurité rencontrent des problèmes de sensibilisation et de visibilité, car à mesure que leur organisation acquiert davantage de fournisseurs, d’applications et d’employés, son empreinte globale augmente, élargissant ainsi la surface susceptible d’être attaquée. Un système de PAM centralise la visibilité et la surveillance de vos actifs afin de ne passer à côté d’aucune information cruciale.

À quoi ressemble le PAM pour les organisations ?

Selon la maturité et la configuration de la sécurité d’une entreprise, un système de PAM peut être relativement simple ou constituer un élément crucial de l’ensemble de son système informatique.

L’exploitation de contrôles simples tels que les comptes invité et administrateur (potentiellement avec différents comptes dotés de niveaux d’accès intermédiaires) au sein de vos applications de base de données, et même au sein d’applications telles que vos comptes de réseaux sociaux publics, est une forme de PAM qui empêche les utilisateurs non autorisés d’avoir trop d’accès ou de contrôle dans votre environnement.

Toutefois, à mesure que les systèmes de PAM gagnent en maturité, ils peuvent être exploités à l’échelle globale, pas seulement système par système ou application par application. Cela commence par la création d’un processus qui définit et applique l’accès à privilèges selon les fonctions et les rôles, la sensibilité des données, ainsi que les autorisations et les contrôles à l’échelle globale.

En mettant en place ce système et ce processus, votre organisation peut déjà commencer à tirer parti du PAM pour les nouvelles recrues et lorsque vos employés changent de poste ou de service.

Différences entre les systèmes de PAM et d’IAM

Les systèmes de PAM ont beaucoup évolué au fil des ans et ont des points en commun avec les systèmes d’IAM (gestion des identités et des accès). Découvrons quelles sont leurs différences et comment vous pouvez les utiliser ensemble.

En quoi le PAM diffère-t-il de la gestion des identités et des accès (IAM) ?

La gestion des identités et des accès a pour but de définir le rôle et le champ d’action de chaque personne au sein d’une organisation pour veiller à ce qu’elle puisse faire son travail correctement et efficacement. Le PAM, quant à lui, vise davantage à surveiller et à limiter l’accès en créant un système de comptes privilégiés et de comptes non privilégiés.

En d’autres termes, l’IAM vise à gérer chaque utilisateur au sein d’une organisation du point de vue de la productivité, tandis que l’objectif du PAM est de sécuriser les données d’une organisation et de réduire le risque de fuite ou d’exposition des données.

Cependant, le PAM peut être utilisé en conjonction avec l’IAM lorsque vous élaborez des processus PAM et définissez quels types de rôles et de fonctions doivent avoir accès à quels types de données sensibles et critiques.

Systèmes de PAM classiques et modernes

Les systèmes de PAM précédents reposaient souvent sur une gestion basée sur les sessions, dans laquelle l’organisation ne présentait qu’un seul point d’accès, mais cela générait un risque trop important : en cas d’exploitation malveillante de ce point d’accès unique, toute votre organisation se retrouvait à la merci de quiconque était capable de profiter de cette vulnérabilité.

Au lieu de cela, les systèmes de PAM modernes se concentrent sur la surveillance, la visibilité et la limitation de l’accès, plutôt que de s’appuyer sur un point d’authentification pour octroyer l’accès. Cela vous permet de définir et de créer divers types de comptes d’accès de niveau local, domaine, invité et administrateur avec différents contrôles et autorisations.

Cette granularité peut vous aider à développer votre système de PAM, et même vous permettre de remédier aux vulnérabilités générées par les points d’accès distants ou au domicile des télétravailleurs.

Bonnes pratiques de PAM : comptes à gérer

D’après Thycotic, il existe 7 types de comptes d’accès à privilèges que vous devez gérer en priorité :

  • Comptes d’administrateur du domaine
  • Comptes de service du domaine
  • Comptes d’administrateur local
  • Comptes d’accès d’urgence (ou comptes de secours)
  • Comptes de service
  • Comptes d’application
  • Comptes d’utilisateur de données privilégiées

Il est nécessaire de se focaliser sur ces types de comptes, car ce sont eux qui peuvent entraîner des problèmes s’ils sont compromis par un hacker ou un employé imprudent.

Quand vous élaborerez votre politique et votre processus, comprenez que seuls les rôles et fonctions essentiels devraient posséder ces types de comptes. À mesure de l’évolution de votre service de cybersécurité, vous pourrez recentrer votre attention sur des rôles supplémentaires utilisant notamment des comptes root, Wi-Fi, matériel et partagés. Ceux-ci peuvent également représenter un risque pour votre organisation, mais sans commune mesure avec le risque qu’engendrent les comptes d’accès à privilèges.

Intégration du PAM dans votre service de cybersécurité

La gestion des accès à privilèges est essentielle pour garantir la sécurité de votre organisation à mesure qu’elle se développe et acquiert davantage d’employés, de fournisseurs, de logiciels et d’outils. Elle devrait être considérée comme faisant partie de votre stratégie globale de cybersécurité, avec une incidence sur la sécurité de votre réseau, la vulnérabilité de vos actifs et, dans une certaine mesure, la gestion des risques liés aux tiers. Pour en savoir plus sur les autres moyens de protéger les informations de votre organisation, retrouvez ici la solution de protection des données de Varonis.

 

Votre cybersécurité est-elle au cœur de votre infrastructure ?

Bénéficiez d'une évaluation personnalisée des risques auxquels sont exposées vos données, effectuée par des ingénieurs passionnés par la sécurité des données.